sonOnos: Dig Deep en Exclu pour MusicNews | Acid Techno

Le producteur Hollandais, sonOnos nous regale avec un performance Live d’un de ses morceau Acid enregistre en exclusivité pour musicnews.fr. Le titre s’appel Dig Deep c’est un morceau a 116BPM qui progresse et vous transporte dans l’univers de sonOnos pendant 21min.

Nous avons interviewé sonOnos pour qu’il nous parle un peu plus de son parcours et de ses influences.

sonOnos Dig Deep

MusicNews: J’adore ton Live, La qualité de production est vraiment soignée et c’est très progressif, j’ai vraiment apprécié ça, est-ce que tu peux nous parler de ce qui t’as inspire et aussi est ce que c’est un morceau a part entière ou ça fait partie d’une live plus long ou est ce que ca se situe par rapport a ce que tu fait d’habitude?

sonOnos: Merci, Je suis très content que tu aimes! Eh bien, ouais c’est ca, parfois je me penche  profondément sur une piste, en explorant les possibilités sonore et voir où je peux tomber.

C’est plus vraiment un morceau qu’une performance live, mais oui la ligne est un peu floue. C’est en fait un morceau qui s’appelle Dig Deep, mais il dure 21 minutes, alors oui, je ne sais pas, est-ce un (petit) set ou un morceau? Je m’en fous, aussi longtemps que je l’apprécie, je ne m’inquiète pas de l’étiquette. =)

Ce morceau est relativement lent, 116,7bpm, un rythme classique, comme disait Paris a propos de son track The Devil Made Me Do It: 

Tempo 116.7 Keeps you locked in time with the program

Et il me semblait que je retrait profondément dans un groove, travaillant tous les angles, regardant tous les coins de cette chanson … J’ai donc trouvé « Dig Deep » comme titre.

Je n’avais aucune inspiration immédiate pour cette piste, à l’exception de vouloir rappeler le sentiment de ces nuits il y a quelques décennies, où vous vous retrouveriez dans un endroit étrange, en pleine montée, avec une musique hypnotique autour de vous et vos sens animés et brouillé en même temps. Un sentiment d’interminable et de connexion …

Origines

MusicNews: Quand est-ce que tu as commence la production?

sonOnos: J’ai commencé à produire en 2005. J’étais dans un groupe appelé IndusTree avant cela, nous jouions de la musique électronique, mais j’étais le chanteur et auteur, a cet époque je ne faisais pas tellement de production. J’ai commencé à produire moi-même en février 2005.

D’abord avec Fruityloops, puis après quelques mois, j’ai commencé à acheter mes premieres pieces de matériel, et c’est ainsi que tout cela a commencé!

sonOnos n’existait pas encore à l’époque. J’ai commencé à produire sous le nom de CausaliDox, puis Bob Knutton et enfin sonOnos il y a environ 2, 3 ans.

J’utilise toujours tous les 3 noms pour produire, chacun d’eux pour un style différent.

MusicNews: Tu es passe rapidement de la MAO aux machines

sonOnos: Oui c’est sur, L’allure des matériel hardware m’a attiré très tôt.

MusicNews: Qu’est-ce qui vous a conduit à Acid?Une fête, une piste, une live, vous avez entendu

sonOnos: Pour être honnête, c’était le son du TB-303. Cette machine fait quelque chose dans ma tête. Quand le TB commence a bouillir et change d’état entre liquid et plastique, je ressens comme des bulles dans mon cerveau, comme je les appelais.

Il y a quelque chose à propos de ce son qui me transporte et me pousse a jouer avec les filtres et pousser de plus en plus haut et jusqu’a créer un état euphorique en moi.

Je suppose que j’ai été exposé à l’acide quand j’étais plutôt jeune. Je suis né au milieu des années 70 et je pense avoir entendu mon premier morceau acide vers la fin des années 80. Cela a créer une curiosité immédiate, comme je me rappelle. Le son m’a intrigué et, au début des années 90, j’ai découvert que le TB-303 était responsable de ce son. Je ne produisais pas de musique électronique à l’époque.

En fait, bien que j’ai vraiment aimé l’acide, j’ai beaucoup aimé pour danser et entendre quand j’étais en fête, j’ai toujours pensé que c’était un style de musique que je ne me produirai jamais, même après avoir commencé à produire.

Le 303 était extrêmement cher, même lorsque j’ai commencé la production. Les clones ou version pirates étaient vraiment de la merde à l’époque. Aussi, j’ai été un peu intimidé par l’apparence et la complexité du séquenceur, donc je me suis contenté d’émulations de logiciels d’un 303, mais j’ai toujours pensé que ce n’était pas pour moi.

MusicNews: Comment est né sonOnos:

sonOnos: Il y a quelques années, je suis vraiment malade pendant l’été, ce qui a commencé comme un rhume, s’est transformé en une infection et une autre infection et une autre. J’ai vraiment eu de la chance cet été. J’étais malade pendant trois mois.

Après que je me suis finalement amélioré, je voulais aller en vacances, juste pour me rétablir et prendre conscience des choses, mais c’était le milieu de l’été et je ne prends généralement pas de vacances à ce moment-là, parce que tout le monde le fait aussi. Tout était entièrement réservé, donc je ne pouvais pas m’enfuir. J’étais frustré.

Finalement, j’ai décidé d’utiliser l’argent que j’étais en train d’économiser pour ces vacances pour acheter de l’équipement neuf et dire baiser, je vais me retrouver dans mon studio pendant une semaine, si je ne peux pas partir en vacances.

Cet été, j’ai acheté mon BassBot Cyclone Analogic TT-303 et après avoir joué avec lui pendant 2 minutes. Je suis devenu accro.

La programmation du séquenceur était la chose la plus simple du monde pour moi, le son avait exactement le même effet qu’il avait sur moi quand je l’ai entendu pour la premiere fois je prenais énormément de plaisir à tordre les boutons.

C’est comme ça que sonOnos est né. J’ai eu le nom depuis longtemps, mais je n’ai jamais le projet  pour ça, jusqu’à ce que je commence à produire de l’acide.

Peu de temps après j’ai créer le logo/visuel.

Influences

MN: Wowww quelle histoire.. Quels sont les artistes qui vous ont-ils influencé?

sonOnos: J’aime Unit Moebius, Beverly Hills 808303, Rude 66.

La plupart de ce qui est sur Bunker J’aime être honnête. j’étais plus du label Bunker, acid planet, ce genre de choses, la scène acide néerlandaise. Bien sûr, les classiques comme Aphex Twin et Drexciya.

MusicNews:Nous avons parlé de votre influence acide et vous nous racontez quelque chose d’un genre complètement différent?

sonOnos: Eh bien, depuis que j’étais jeune, j’ai été fan de The Cure, The Sisters of Mercy et Skinny Puppy. Il y a une mélancolie inhérente à la musique de ces groupes et, en quelque sorte, la mélancolie fait partie de ma vie pour autant que je me souvienne. C’est pourquoi la plupart de mes titres de CausaliDox ont cette humeur et leur charge émotionnelle. Dans les années 90, j’ai découvert les Boards of Canada, qui est aussi l’un de mes groupes préférés, ce qui n’est pas étonnant que leur musique soit extrêmement mélancolique. Si vous écoutez quelque chose comme l’album Second Toughest in the Infants de Underworld, ou même et parfois même plus encore, leur album précédent Dubnobasswithmyheadman, c’est la musique électronique sous la forme de techno, qui suinte la mélancolie. Dirty Epic est l’une de mes pistes préférées de Underworld et ça me dégage simplement émotionnellement. J’ai toujours été attiré par la musique électronique chargée en émotion. Aphex Twin est un excellent exemple d’un musicien électronique qui infuse sa musique avec émotion. Son Selected Ambient Works Vol. II en est un excellent exemple. Rhubarbe me frappe toujours tellement quand je l’entends. De même pour ses projets électro / acide, si vous écoutez la série Analord et écoutez le morceau comme Where’s your girlfriend?, Crying in your face and I’m self employed, le volume d’emotions dans ces morceaux est juste incroyable.

Performance Live

MusicNews: Est-ce que tu aimes te produire en Live?

sonOnos: J’ai énormément apprécié les quelques concerts que j’ai fait depuis que j’ai recommencé a me produire il y a environ un an et demi! J’adore l’énergie de la foule, je crée des tensions et je laisse tout le monde s’immergé dedans, y compris moi-même! hahaha! Quand je joue, je joue en direct, pas d’ordinateur portable, pas de logiciel, seulement des machines et moi, c’est une manière très intense et spéciale de se produire. Je me sens connecté physiquement aux machines. Toucher les machines, appuyer sur les boutons et modifier les réglages est une expérience immédiate! Bien que j’ai accompli beaucoup de travail avant d’exécuter, de créer des séquences, de l’ordre des pistes, de trier les effets, il y a tellement de flexibilité, de contrôle et de décisions créatives que vous devez faire lorsque vous effectuez des performances en direct avec du hardware . Je l’aime absolument. C’est un peu dangereux, excitant et super sexy soyons honnêtes, toutes ces machines avec les lumières et leurs potards sont vraiment cool! hahaha!

MusicNews: Dernier concert?

sonOnos: Mon dernier concert était à Shenzhen en Chine en décembre de l’année dernière.

MusicNews :Le meilleur concert?

sonOnos: Mon meilleur concert était à Hong Kong en novembre de l’année dernière. C’était le samedi du festival Clockenflap (le plus grand festival de musique électronique de l’année à Hong Kong) et le festival s’arrête à 10h du soir. Donc, tout le monde a fait la fête toute la journée, puis à dix heures du soir, il s’arrête. Donc, des hordes de personnes bouge en ville pour continuer la fete. J’ai été invité par Biting Eye, propriétaire du label d’Acid Chicken Records (il y aura un album sonOnos sur Acid Chicken plus tard cette année) et il avait organisé un afterparty, où il et moi allions jouer en direct avec quelques DJ’s. La fête était dans le célèbre club Sofa Premium, le club le plus underground de Hong Kong (malheureusement, ils ont dû fermer la semaine dernière). C’était un sous-sol, avec un couple de canapés, de bruts, de ciment, de murs nus, de plomberie et de tuyaux partout, apportait votre propre boisson. Bonne école souterraine, fucking awesome! Donc, nous avons mis en place et environ 11h30, il y avait 50, 60 personnes dans le club. Nous avons décidé d’aller de l’avant et de commencer, pensant que peut-être les gens ont décidé de rentrer chez eux tôt car il pleuvait très fort. J’ai commencé mon live et et je me suis concentré sur mes machines, en regardant les lumières et les boutons. Après environ 15 minutes, j’ai commencé à entendre un rugissement intermittent sur le son de ma musique. J’étais confus, je ne savais pas d’où provenait le son, alors j’ai levé les yeux et j’ai découvert que tout le club était rempli de gens devenus fous de ma musique, de la danse, des cris et des cris. hahaha! C’était une expérience géniale! Par la suite, j’ai eu une folle nuit et jour, je n’ai pas vu un lit jusqu’à l’après-midi, mais je garde ces détails privés! hahaha!

MusicNews: Le prochain?

sonOnos: Je n’ai pas de plans concrets pour un prochain concert, mais j’ai deux set de techno acide de 45 minutes prêts à partir, alors si quelqu’un souhaite me mettre sur scène, contactez moi via www.sononos.com =)

MusicNews: Un plan en France prévu?

sonOnos: Non malheureusement! J’aimerais jouer en direct en France! Les Français savent comment faire la fête! =)

J’espère que vous aurez apprécié autant que nous en entendre plus sur sonOnos et ses influences, il sera bientôt de retour pour nous parler un peu plus de son materiel et de ses machines sur notre section materiel dj et studio ou nous allons commencer a faire des revue de materiel ou interviewer des artistes pour nous parler de leur façon de produire.

On vous laisse avec les derniers morceaux de sonOnos récemment publié: Blue et UnderGround

Facebook Comments

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*